La joie des retrouvailles

La joie des retrouvailles - Gaëlle Jolie

Quand Hugues et moi, nous sommes donné rendez-vous sur le Mont-Royal, ce n'était pas seulement pour parler de la qualite de l air Montreal. Nous ne nous étions pas vus depuis 2 décennies, et nous avions tant de choses à nous dire ! Nous nous sommes retrouvés comme de vieux amis. Après 20 ans sans se voir, quelle émotion de se retrouver chacun marié avec un enfant. Qui l’eut cru, adolescents, qu’après nous être connus en tant qu’étudiants, nous allions nous retrouver 20 ans plus tard à Montréal, avec nos enfants. La vie est vraiment surprenante. Et je trouve qu’un des plus beaux cadeaux que la vie puisse nous faire, ce sont ces retrouvailles inattendues, inespérées, parfois, tant désirées, et parfois, imprévues, mais qui, toujours, nous remplissent le cœur d'une immense joie, et nous rappellent le sens du mystère des relations humaines : on se rencontre, parfois, on se perd de vue, ou on se brouille, et puis, un moment, plus tard, on se retrouve ...

À l’époque, nous étions jeunes adolescents pleins de rêves, et aujourd'hui, Hugues est paysagiste pour la ville de New-York. Il a épousé une jeune femme étrangère qui a fait des études de médecine à Montréal, où ils se sont rencontrés. Il fait partie des rares personnes qui ont la chance de rencontrer l’amour à un jeune âge. Ça paraît juste incroyable, et pourtant, ça arrive. Il est passé de l’université à la direction des services publics de la ville.

Après plusieurs années de silence, il m'a retrouvée grâce à mon site de peinture. J'étais tellement surprise qu'il me contacte, et encore plus heureuse qu'on puisse se retrouver quelque temps plus tard, à Montréal, lors de l'un de ses passages avant de rentrer à New-York. Je trouve ça tellement sympathique de se dire qu’on a des amis un peu partout dans le monde, un peu comme si on avait un chez-soi qui nous attendait aux quatre coins de la planète….

C’est très pratique pour voyager… Ainsi, bientôt, je vais retrouver des amis à Bruxelles, que je n’avais pas vu depuis quelques années. Leur fille est venue, il y a peu dans le Sud de la France et comme j’y étais de passage nous nous y sommes croisées. Le cercle s’élargit…

Il y a aussi Tamara en Russie, Edyta en Pologne, Stefano à Rome, Stephan à Salzburg, autant de personnes que je vois peu souvent, mais avec qui j’ai gardé des liens profonds. C’est la beauté de l’amitié, il y a quelque chose entre nous qui défie le temps, les épreuves, les changements… C’est une précieuse stabilité dans le mouvement de la vie.